Des applications Internet au service de l’effort humanitaire en Haïti

Au cœur de la tragédie qui frappe Haïti et des opérations de sauvetage en cours depuis plusieurs jours, plusieurs applications Internet contribuent aux efforts de la communauté internationale et de la diaspora pour secourir les victimes. Des volontaires et des entreprises se sont en effet rapidement mobilisés pour concevoir et mettre à la disposition du public et des organisations non gouvernementales des outils facilitant la recherche des victimes par leurs familles et leurs proches, la cartographie de la région affectée par le séisme ainsi que le rétablissement des communications par le biais de SMS. Ces solutions sont aussi utilisées par la Croix Rouge, les Nations Unies ou encore la Banque Mondiale.

Ainsi, moins de 24 heures après le tremblement de terre, le site HaitianQuake (depuis fusionné avec le site mis en ligne par Google en anglais, français et créole) permettait aux familles de mettre en ligne les photos de proche afin de confirmer leur statut et de faciliter leur localisation. Outre le site de la Croix Rouge qui remplit des fonctions identiques, d’autres médias ont rapidement créé leur propre site, dont La Presse, CNN ou le New York Times, mais la consolidation par Google permet d’éviter la fragmentation des informations. Cette technologie avait été utilisée pour la première fois lors du cyclone Katrina.

L’ONG inSTEDD (voir une vidéo de présentation ici) a pour sa part déployé un service d’information d’urgence par SMS reposant sur une plateforme collaborative gratuite qui permet aux victimes d’appeler les intervenants humanitaires à l’aide par le biais de leur téléphone cellulaire. Les informations sont géocodées et permettent aux équipes de secouristes de planifier leurs interventions. Un service identique est offert par Ushahidi, une ONG qui a créé une interface permettant de centraliser les informations provenant du terrain ou diffusées sur les différents sites de réseaux sociaux comme Twitter.

Sur le terrain, l’initiative OpenStreetMap a permis de rapidement mettre à jour les cartes de la région de Port au Prince et d’y insérer des données pertinentes pour les intervenants (comme la localisation des hôpitaux de campagne, des rues impraticables ou encore des campements nécessitant une assistance urgente), afin que ces derniers puissent les télécharger librement et les utiliser à leur guise.

Aucune de ces initiatives n’aurait été possible sans la mobilisation rapide de centaines de volontaires à travers le monde qui ont pu coordonner leur action grâce aux outils collaboratifs du web 2.0. Même l’armée américaine a adopté ce modèle, puisqu’elle a mis en ligne un portail permettant à tous les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux impliqués dans les opérations de sauvetage d’échanger de l’information sur la situation, leurs besoins et les capacités d’intervention qu’ils peuvent mettre à disposition.

Une liste plus complète de ressources peut être consultée sur le wiki CrisisCommons.

Ce contenu a été mis à jour le 30 juin 2015 à 13 h 41 min.

Commentaires

Laisser un commentaire